RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [UY] Invasion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yves
Administrateur
Administrateur


Messages : 47
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 26

MessageSujet: [UY] Invasion   Ven 27 Avr - 10:44

Bonjour, voici une vielle histoire écrite en 2008, remaniée en 2010, histoire qui a bien vite mené à la création de mon univers d’écriture.



Enfin je revois la lumière! Je ne me souviens plus depuis quand je ne l'ai plus vue, cela fait tellement longtemps.

Apparemment un léger éboulis a enfin laissé passer un petit rayon de lumière. Je dois dire que je suis dans ce trou depuis bien longtemps maintenant.

Tout a commencé il y a longtemps, tellement que je ne me souviens plus de la date. En ce temps-là, je travaillais dans un bureau comme la majorité des gens... Personne ne soupçonnait ce qui pouvait arriver. En réalité, cela semblait être planifié depuis bien longtemps. Les gens à mon époque parlaient de phénomènes divers tels que réchauffement climatique, montée des eaux, trou dans la couche d'ozone, etc. Mais nul ne se doutait de ce qui allait se produire.

J'étais au bureau quand le monde apprit la nouvelle. La plupart de mes collègues crurent à un canular... Je dois avouer que j'étais de leur avis.

Nous surprenant en train de regarder la télévision et de lancer quelques plaisanteries au sujet de la nouvelle, le patron nous menaça de réduire notre salaire si nous ne reprenions pas immédiatement le travail, ce que nous fîmes. Étant un célibataire de longue date, n'ayant jamais réussi à me caser, je pensais que risquer de perdre une partie de mon salaire à cause de futilités n'étais pas une bonne chose. De plus c'était vendredi et j'avais mon week-end. J'étais pressé d'avoir fini car j'avais prévu une balade le lendemain sur une île voisine.

Le lendemain, très tôt, je fis ma ballade planifiée et pris donc l'avion vers la petite île.

Ayant ma licence de pilote (un cadeau offert par des amis à mon précédant anniversaire), je me sentais un peu libre et me souciais peu de prévenir de quelconques relations... Pendant le trajet, j'écoutais la radio recommencer à parler de la nouvelle, qui était caractérisée de canular. En ayant ras le bol de ces nouvelles idiotes, je décidais d'éteindre la radio et de me préparer à atterrir.

Une fois arrivé sur l'ile je laissai mon avion sur la piste à proximité de la plage et m'enfonçai dans la forêt... Après quelques heures de marche je vis une magnifique grotte. Je décidai de l'explorer pour voir si je devais retourner à l'avion pour éventuellement prendre mon kit de spéléologie. Après environ une demi-heure de marche, je vis une pente douce. Je préférai ne pas m'y aventurer de suite car celle-ci semblait glissante. C'est en faisant demi-tour que je vis la grande lueur. Tout de suite je compris, les canulars n'en étaient pas, les avertissements étaient réels! Je couru aussi vite que je pus et en sortant de la grotte je vis que certains arbres étaient calcinés. Je décidais donc de courir le plus vite possible espérant que mes craintes ne soient pas confirmées. En arrivant sur la plage je constatais qu’heureusement mon avion était intact. Je m'approchais de l'avion quand j'entendis un sifflement. Soudain celui-ci se mit à fumer étrangement. Je vis une vive lueur puis plus rien. Toutes les parties métalliques de l'avion avaient disparues. Il ne restait plus que mes vêtements, mon pique-nique et les tissus des sièges. J'étais coincé sur cette île, sans contact avec le monde extérieur!

Maintenant, vous savez comment je suis arrivé sur cette île, et pourquoi j'y suis toujours. Néanmoins il est bon que vous connaissiez la suite des évènements. J'étais donc coincé sur l'ile, qui bien que luxuriante ne valais pas le confort moderne. En effet depuis le début du 22eme siècle, la vie était devenue très confortable. Les guerres semblaient disparaitre et la technologie ne cessait d'avancer. Nous avions même découvert une "counter-Earth" c'est à dire une planète qui se trouvait sur la même orbite que la nôtre, à l'opposé du soleil. Nous avions même envoyés quelques satellites allé explorer. Mais ce n'est pas là le sujet, d'ailleurs nous avions déjà prouvé qu’il n'y avait pas de vie dans notre système solaire, et donc certainement pas sur cette planète ...

Toujours est-il que sur cette île, je me devais de trouver un abri. Heureusement, celui-ci était tout trouvé grâce à mon exploration du matin. La grotte en effet semblait convenir à merveille à mes exigences. Je décidais donc de déplacer tous les biens qui me restaient dans la grotte. Ensuite je prévoyais d'aller explorer plus amplement l'ile afin de faire éventuellement un plan. C'est alors que j'entendis le bruit. Il était très léger mais pourtant je ne rêvais pas. Je vis dans le ciel un engin semblable à un avion furtif. Il semblait se poser sur l'ile. Je décidais d'attendre qu'il se pose pour voir ce qui en sortirait...
Ce qui en sorti dépassait toute imagination. Des êtres à l'allure reptilienne en sortaient. On aurait pu supposer des dinosaures s’ils n'étaient pas recouverts de très larges écailles. Ils semblaient être dotés de mains complexes à 3doigts. Leur yeux étaient assez grand et noirs, sans doute dû à un ancêtre nocturne. J'attendis qu'ils descendent tout. Ils étaient au nombre de trois. Ils avançaient en silence. Ils communiquaient par des cris. Soudain, je les vis se regrouper. Après un instant où ils semblaient communiquer entre eux, ils se séparèrent. Je vis très vite l'un d'eux s'approcher de moi. Je pris mes jambes à mon cou et je couru dans ma grotte. Sans doute m’entendit-il car son pas s'accéléra. Ses jambes semblaient être faites pour la course car il me rattrapait. Je rentrais dans ma grotte, mais il me suivit. Heureusement il était trop grand, du moins c'est ce que je crus... Je vis sa tête à l'entrée de sa grotte. Il dû baisser son cou. Malgré cela il réussit à entrer. Soudain, un bruit se fit entendre derrière lui; il voulut se retourner et...

Et il se redressa vivement. Sans doute trop car il atteint le plafond. Le saurien, paniquant, voulu accélérer le pas et rentrer. Malheureusement pour lui, sa queue était trop longue et en se déplaçant, le mouvement de balancier tapait sur les parois de la caverne. Ce balancement avait pour conséquence de faire tomber petit à petit des roches du plafond. Le reptilien, surpris, fit un faux mouvement et le toit s'effondra sur lui.
Voilà donc comment je me suis retrouvé enfermé dans cette caverne. Heureusement, j'ai pu m'alimenter grâce à des insectes et de petits mammifères rentrant parfois dans la caverne. Je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici, mais une chose est sure, c'est que je trouve le temps long ... Heureusement, ce matin j'ai pu constater que l'entrée principale se dégageais. Après quelques effort, j'ai finalement réussit à la dégager et je suis enfin sortit. En dégageant les rochers j'ai pu trouver les restes du terrifiant dinosaure. Apparemment, sa chair avais été consommée par les nécrophages de l'île, principalement des mouches, mais les os et la peau n'avaient pas été consommés. Je décidais de les récupérer, cela pourrais m'être utile. Je me décide donc à explorer l'île. Malheureusement, il semblerait que les horribles créatures ont bien ravagé l'ile. Sans doute dans l'espoir de récupérer leur ami à moins que ce ne soit par pur plaisir je ne sais pas. Après quelque recherche, je trouve ce qu'il me faut: un tronc d'arbre suffisamment grand pour me bâtir une pirogue. Malheureusement, celui-ci n'a pas la courbure adéquate mais on fera avec... Je ne dispose malheureusement pas de suffisamment de temps pour en faire pousser un correctement et j'aimerai retourner sur le continent prévenir les gens du danger d'invasion. Cela me rappelle l'émission de télévision que j'ai vue justement avant de partir sur cette île.
Comme je vous l'ai déjà dit, mes collègues et moi crurent à un canular. En effet le gouvernement nous signalait la découverte d'une exo planète sur la même orbite que la nôtre. Tout cela grâce à des satellites qui auraient déviés de leur trajectoire lors du bug de l'an 2000. Évidemment nous ne l'avions pas cru car après tout, tout le monde savait que ce bug n'était qu'un moyen de marketing formidable inventé à l'époque dans le but de vendre en masse des ordinateurs...

Toujours est-il que maintenant, j'avais eu la preuve que ce n'étais pas du tout un canular... Je m'attelais donc au travail afin de construire cette pirogue. Une fois la pirogue construite, je pourrais évacuer de cet endroit maudit. Après observation du ciel, je le trouve étrangement vide. Habituellement, cette île est régulièrement survolée. Il semblerait que ce n'est plus le cas. Après environs deux semaines, je réussis enfin à terminer ma pirogue. Je me dirige donc vers le continent. Heureusement, j'ai un ami qui habite la ville côtière en face de l'île. Cela m'étonne d'ailleurs que personne n'est venu me rechercher mais après tout personne ne savais ou j'étais parti. Malgré la joie d'enfin revoir le continent et d'amener avec une preuve irréfutable que l'invasion était proche, j'avais un étrange pressentiment. En effet, plus je m'approchais du port et plus la mer devenait noire, huile comme remplie de pétrole. Lorsque je parvins enfin à distinguer le port, la vision que j'en eu fut horrible. De nombreux bateaux coulés, la ville en feu. Je compris que j'étais resté dans ma grotte plus que quelques jours. Apparemment plusieurs mois s'étaient écoulés et l'invasion avait déjà eu lieu.
Je décide donc d'accoster. Enfin du moins le plus discrètement possible. Il semblerait que les reptiliens soient présents. Enfin je peux maintenant les nommer counter-terriens puisque l'on nomme leur planète counter-Earth... Après un accostage réussit, je me décide à attendre la nuit. En effet, je me souviens que les reptiles sont poïkilothermes et donc que la nuit leur métabolisme est ralenti. En espérant, bien évidemment, que ce soit le cas pour eux... Je me souviens que lors de mes cours de zoologie à l'université que les profs me disaient que selon certaines théories les dinosaures étaient sans doute comme les oiseaux homéothermes. Si tel est le cas je devrais sans doute trouver un moyen de passer malgré tout cela.
La nuit tombe enfin. Je ne m'étais pas trompé, les envahisseurs ne circulent plus au dehors. Je ne croise dans les rues que des chiens errants. Je me suis revêtu de la peau de saurien afin de peut-être passer plus inaperçu. Soudain j'entends un coup de feu dans ma direction puis des cris. Je n'ai pas le temps de comprendre ce qu'il se passe que je sens une douleur aiguë au sommet de mon crâne puis c'est le trou noir.
Je me réveille dans une espèce de cave. Je suis allongé sur un lit et une femme est assise sur une chaise à coté de mon lit. Elle est d'une beauté sublime. Son visage est celui d'un ange. Mes impressions sont peut-être dues au fait que je n'ai plus vu d'humains depuis quelque temps ou alors peut être ecce dû au fait que j'ai toujours été célibataire. Toujours est-il que son visage m'émerveille et qu'il semble sortir d'une œuvre d'art. Soudain je vois sa bouche s'ouvrir. Elle me parle:

-qui êtes-vous et d'où venez-vous?
-Hein pardon? Je Viens de l'île du crustacé. Je suis Jean 2eme du nom.
-Où avez-vous eu la peau de saurien? Vous l'avez volée à l'un de mes hommes!
-L'un de vos hommes? Bien sûr que non je l'ai récupérée sur le cadavre d'un saurien!
-Le cadavre d'un des monstres? Vous voulez dire que vous en avez tué un? Alors je me suis trompé sur vous, je vous présente mon excuse.
-Heu oui tué est un bien grand mot, il s'est plutôt tué tout seul. Mais dites-moi que s’est-il passé ?
- Quoi vous ne savez pas? Nous avons été envahis! L'armée mondiale a été décimée en une journée! Vous viviez dans une grotte?
- Vous ne croyez pas si bien dire .... Mais alors que sont devenus les humains?
- Pour la plupart morts ou réduits en esclavage. Actuellement nous tentons de nous diriger vers le nord. Ces animaux craignent le froid et de ce fait le nord semble la meilleure fuite.
-Ok puis je vous accompagner? Je serais très utile. J'ai une formation de biologiste et j'aimerai pouvoir étudier plus en détail ces bestiaux.
- Ok nous ferons le possible pour vous aider mais si vous êtres un poids pour nous, je n'hésiterai pas à vous utiliser comme appât.
-très bien très bien je tacherai de m'en souvenir.

C'est donc ainsi que je rejoignis la résistance et que nous commençâmes notre migration vers le grand nord.
Pendant la migration, j’eus l'occasion d'en apprendre plus sur ce qu'il c'était passé pendant que j'étais sur l'ile.
Tout d'abord il y a eu un grand flash, puis tous les objets électroniques et métalliques de notre monde ont disparus. Ce qui explique l'effondrement en masse des immeubles que nous croisons. Notre armée c'est retrouvée bloquée. Plus d'ordinateurs, de téléphones, de satellites, des laboratoires, d’hôpitaux. Le lendemain, l'invasion commençait. Quelques vaisseaux éclaireurs avaient été aperçus la veille. Le lendemain ce fut un grand nombre de vaisseaux que l'on aperçut. Ils étaient faits de matériaux similaires à nos navettes spatiales mais leur agencement était quelque peu plus complexe. Ils se mouvaient sans aucun bruits et ne dégageaient aucun gaz ou autres. Lorsqu'ils atterrirent, des reptiles similaires à celui que j'ai tué en sortirent. Apparemment une sorte de système social pouvait être facilement repérés. Les plus grands, dotés d’un fin duvet et de courtes plumes formant une crête sur le crâne étaient les chefs. Ensuite venaient d'autres plus petits avec simplement du duvet puis enfin ceux à l'allure la plus reptilienne.


Après ce petit topo, je compris que tout espoir était perdu. Néanmoins, celle qui m'avais interrogée qui refusais toujours de me dire son prénom semblant confiante. Selon elle il y avait moyen de résister.

-Mais vous êtes sure que nous saurons arriver en vie jusqu'à nord?
-Bien sûr que oui de plus nous sommes la dernière équipe de résistants, les autres sont déjà tous partis vers le nord et nos derniers pigeons et chiens dressés nous ont apporté des messages encourageant.
-Certes mais personnellement je ne suis pas à mon aise. S’ils ont pu décimer nos armées en une journée, je ne crois pas que nous tuer sera difficile pour eux...
-Justement tout le contraire. Ils ne savent pas que la résistance s'est organisée. Ils ont un comportement reptilien tel qu'ils ne s'entraident pas.
-Je ne dirais pas cela... Sur l'île j'ai pu observer un saurien pousser des cris afin d'en appeler d'autres
-Hum étrange ce que vous dites mais je puis vous garantir que ce n'est encore jamais arrivé...

Toujours est-il que après cette petite conversation au coin du feu nous réprime la route. En effet nous ne pouvions nous déplacer que de nuits. Soit disant que les sauriens ne sortaient pas à cause du froid. Néanmoins je ne me sentais pas du tout à mon aise.
Au fur et à mesure que nous avancions au travers de la forêt, je me sentais observer. Soudain j'entendis un bruissement de feuille et je demandais à la troupe de s'arrêter. Nous nous arrêtâmes puis le bruit devint plus fort. Un son aigu, proche d'un chant de rapace. Il me rappelait le bruit entendu sur l'île. Je n’eus pas le temps de comprendre ce qu'il se passait. Je vis de grandes ombres passer devant nous. Puis je senti un choc douloureux à la colonne vertébrale qui me cloua au sol. Je du regarder impuissant le restant de la troupe se faire déchiqueter. Puis je tombais dans les pommes et ce fut le noir.
Le lendemain, je me réveillais au milieu des corps. Enfin plutôt des restes de corps. Par miracle, les sauriens durent me croire mort et ne m'ont pas étripé comme ce fut le cas pour mes camarades. Des intestins fumants gisaient parmi des colliers de colons. Quelques estomac étaient visible éventrés et l'on y distinguait les restes du dernier repas.
Soudain, j’entendis une voix semblant humaine. Elle provenait de la forêt et des traces reptiliennes semblaient indiquer qu'ils étaient passés par là et qu'ils y rodaient sans doute encore. Néanmoins pour la première fois de ma vie, je pris mon courage à deux mains et je me décidais d'aller voir la source de ces cris.
Plus je m'enfonçais dans la forêt et plus les cris devenaient sonores, intenses. Enfin après une demi-heure de marche, j'arrivais en bordure d'une clairière. Je pu y voir deux duveteux qui étaient penchés sur elle. Ils semblaient l'étudier en détail. Ne sachant que faire, je revêtis la peau du saurien que j'avais "tué" et j'essayais d'approcher. A mon approche, ils poussèrent des espèces de piaillements comme ceux d'oiseaux. Puis pour une raison que j'ignore, ils fuirent. J'approchais donc d'elle et je pus voir qu'elle était en vie. Dans un sale état mais en vie. Je ne sais pas ce qu'ils voulaient lui faire. La voyant reprendre ses esprits, je lui demande ce qu'il lui est arrivé...

-Et bien après l'embuscade, les sauriens ont massacré tout le monde. Je croyais être la dernière en vie.
-moi aussi il faut dire que j'ai eu de la chance...
-Oui bref.... Ils m'ont embarqué dans la clairière après que j'en ai tué un en lui tranchant sa carotide...
-Ceci explique le sang mais je n'ai pas vu de corps...
-Et bien il semblerait qu'ils l'aient emporté en même temps que moi. Après, ils semblaient énervés contre moi et m'ont amené dans cette clairière. Au lever du soleil, des duveteux sont arrivés et ont essayé de m'étudier plus en détail. Ils m'ont piqué, mordu et torturé ce qui explique les cris que vous avez entendu...
-Vous savez-vous pouvez me tutoyer après tout nous avons encore une longue route dangereuse...
-oui bien sûr au fait je voulais vous remercier d'être venue me chercher. On ne peut pas dire que vous aillez fait beaucoup mais il semblerait que la peau de saurien les a effrayés...
-oui je me demande bien pourquoi d'ailleurs... Ils étaient pourtant assez grands
-Je peux vous garantir que la plupart des sauriens sont bien plus grands
-il me faudrait étudier un peu plus ces extraterrestres peut être parviendrais je à comprendre comment on t’il fait pour sortir la nuit et pourquoi...
-Nous verrons cela plus tard notre but est avant tout d'atteindre la base nord de la résistance.
C'est ainsi que nous reprîmes notre route. Plus nous avancions vers le nord et plus nous sentions la température baisser. Un jour, vers midi, nous eûmes droits aux premiers flocons de neige. Le ciel s'obscurcit d'un coup, la température diminua d'une dizaine de degrés et cela nous tomba dessus.
-on ne peut pas continuer ainsi
-oui c'est sur trouvons un abri le plus vite possible si nous ne voulons pas mourir gelés...

C'est ainsi que après quelques heures de recherche, nous parvînmes dans une caverne abritée. Là, nous assistâmes à un spectacle horrible: Une famille de sauriens agonisants, mourant de froid. Ils étaient réunis autour d'un nid contenant plusieurs duveteux. Cela signifiait donc que les duveteux étaient de jeunes sauriens. Le rang par la suite dépendant de la présence ou non de plumes à l’âge adulte. Je décidais de mettre à profit l'enfermement dans la grotte pour étudier plus en détails ces animaux. Il semble donc que les juvéniles sont couverts d'un fin duvet. Le nid est creusé dans le sol entouré de drôles d'ustensiles mécaniques sans doute pour aider à maintenir la température. Il n'y a pas de coquilles visible, ils sont donc vivipares ou ovovivipares à moins que les coquilles ne soient consommées pour subvenir à un manque de calcium. Après observation prolongées des reptiles, il semblerait qu'ils soient proches des dinosaures qui vivaient sur notre planète bien longtemps avant notre apparition. Si le hasard a fait que cette espèce est apparue en même temps que les dinosaures sur notre terre, ils ont sans doute des millions d'année d'avance évolutive sur nous...
Malheureusement, le froid se faisait de plus en plus important et elle et moi ne pouvions résister. Nous décidâmes de faire un feu. C'est ainsi d'ailleurs que nous goutâmes par hasard à la chair de saurien qui bien que très fermé était très bonne à manger. Après ce repas et la consommation de boissons alcoolisée "pour nous réchauffer" bien que je sache que c'est la dilatation des vaisseaux qui provoque cette impression de chaleur, nous nous rapprochâmes. Après tout cela faisait environs 4mois que nous marchions ensemble et notre relation avait quelque peu évolué.
Le lendemain, après une soirée qui fut mémorable pour des raisons dont vous vous doutez, nous décidions donc de continuer la marche non sans emporter avec nous des peaux de saurien et du duvet. Plus nous avancions vers le nord, moins les traces de saurien étaient visible. Nous croisâmes par hasard un vol de leur vaisseaux mais ils ne semblaient pas très rapide ni très à leur aise dans ce milieu froid. Nous pouvions supposer que ces êtres n'avaient rien prévu pour lutter contre des températures si basses.
Après environs 3ans de marche, nous aperçûmes enfin la base des résistants. En réalité, ce qui nous parut ne durer que quelques mois se révéla être des années. Lors de l'accueil, de nombreuses personne nous interrogèrent.

-D'où venez-vous et ou avez-vous eu de tels trophées? demanda l'un d'eux
- Ce sont des trophées récolté après bien des péripéties
-Je vois et depuis quand migrez-vous?
-Nous ne savons plus réellement... Nous avons totalement perdu la notion du temps pendant notre longue marche.
-Très bien en tout cas nous sommes heureux de vous accueillir parmi nous...

Après quelques explications, je faisais part de mes découvertes sur leur mode de vie et leur anatomie. Les autres m'apprirent que dans le nord, ils étaient relativement à l'abri le temps que les sauriens trouvent le moyen de monter dans le nord sans mourir.
Nous restâmes ainsi pendant une vingtaine d'année. Je vieillissais tranquillement et vers 2040 moi et celle qui fut ma femme, nous songeâmes à avoir un enfant. Pendant ces 40années, le monde avait quelque peu changé. Les espions nous signalaient que les sauriens remontaient de plus en plus vers le nord. Certains villages de résistants avaient été retrouvés massacrés. Une étrange rumeur sur des humains zombifiés courrait également. Néanmoins nul n'en avais jamais vu. Il arrivait qu'un commando ne revienne pas. Pour ma part je travaillais dans les laboratoires biologiques installés. Nous avions pu établir des outils et du matériel métallique car il c'était avéré que après leur attaque, les sauriens avaient désactivé leurs armes détruisant les objets métalliques et ce afin de permettre à leur vaisseaux d'atterrir. En quarante ans, nous avions constaté un phénomène inquiétant. Il faisait de moins en moins froid. Nos commandos nous apprirent vite la cause de ce problème: Les sauriens polluaient l'atmosphère volontairement pour accentuer l'effet de serre, comme nos ancêtres l'avaient fait involontairement dans le passé.
A l'heure actuelle, nous ne pouvions que constater que le réchauffement ce faisait sans que nous puissions lutter. Déjà cet hiver, la neige fut maigre et nous craignons que les sauriens ne profitent des chaleurs estivales pour venir attaquer notre camp. Heureusement, jusqu'à présent ce ne fut pas le cas. Notre population comptait plus de cent mille personnes venues de tous horizons. Pour plus de facilité, nous parlions tous la même langue. Une espèce de tour de Babel en quelque sorte. Nous connaissions tous le passé de notre espèce et savions que les problèmes linguistiques causaient bien souvent des problèmes. Des écoles apprenaient donc aux enfants très tôt la langue universelle de telle sorte qu'ils se comprennent tous entre eux. Néanmoins, afin de ne pas renier nos ancêtres, chacun apprenait également aux enfants les langues anciennes. Quelques livres avaient pu être sauvés et remplissaient une grande bibliothèque. Malheureusement, les supports musicaux et vidéo, eux, avaient été détruits par ce que nous nommions dans notre communauté le "grand Flash". Heureusement, quelques artistes avaient pu reproduire de la musique à partir d'instruments basiques et ainsi pallier aux problèmes de monotonie. Je n'avais jamais remarqué l'importance que pouvaient avoir des artistes avant d'arriver dans la communauté. Évidemment, en plus des activités normales et humaines de la communauté, la rébellion continuait et les commandos espionnaient régulièrement les sauriens. Mais nous envoyons parfois également des missions armées voler de la technologie aux sauriens afin de trouver un moyen de lutter contre eux. C'est ainsi par exemple que nous volâmes la technologie de leurs vaisseaux spatiaux gigantesques. Nous en construisîmes plusieurs bien que nous n'en ayons aucune utilisé pour le moment.
Les sauriens étaient plus intelligents que nous le croyions malheureusement. En effet leur absence la nuit était bien souvent un piège. Ils avaient une très bonne vue dans les ténèbres et bien souvent, les troupes se faisaient piéger et nous ne les revoyons jamais.
Un jour, vers 2045, nous vîmes une troupe revenir d'une chasse au saurien. Ils étaient partis depuis 1mois et nous les croyions morts. Ce que nous vîmes fut pire. Nous les aperçûmes d'abord approcher de notre campement en marchant à leur aise, le regard vitreux. C'est alors que nous compriment. Ils n'étaient plus aussi vivants que cela. La légende de la zombification était réelle. Nous décidâmes d'immédiatement les abattre. Ils ne réagirent même pas quand les balles transperçaient leurs corps. Ils continuaient d'avancer inexorablement, ignorant la douleur. Après une heure de "combat", ils cessèrent d'avancer. Nous décidâmes d'emporter en laboratoire quelques cadavres et de bruler les autres. Nous pûmes ainsi découvrir comment ils zombi fiaient. Une espèce de larve étrange était implantée dans la jonction cerveau-colonne vertébrale. Cette larve semblait mi mécaniques mi biologique. Apparemment les sauriens avaient réussi à créer un dispositif permettant de contrôler les humains. Ils étaient décidément de plus en plus surprenants. Immédiatement, nous cherchèrent tous un moyen de se protéger de ce nouveau fléau. Au fil des années, les attaques de zombies se firent de plus en plus nombreuses. Le nombre de commandos revenant diminuât tellement que le conseil dirigeant décida de ne plus envoyer d'hommes sur place.
Un jour, ma femme vint m'apprendre qu'elle était enceinte, d'un garçon. J'étais très heureux. Quelques mois plus tard, elle mit au monde un petit garçon. C'était en 2049. Nous décidâmes de l'appeler Olivier. Après tout un lointain ancêtre avait lui-même appelé son fils ainsi. La tradition familiale étant de nomme son enfant d'après le prénom d'un ancêtre, ce fut fait.
Le temps passait et un jour, nous comprimes qu’il fallait agir. Nous ne recevions plus de nouvelles des autres communautés et nous commencions à apercevoir des vaisseaux au loin. Personne ne voulait malgré tout aller chez les sauriens détruire leurs bases de vaisseaux. Mon fils était mon avenir. Je lui avais appris tout ce que je savais et il avait été éduqué non dans la peur mais dans le courage et dans l'espoir qu'un jour notre espèce serait libre. Nous lui avions tout appris du passé, et surtout qu’il fallait lutter contre les sauriens. Il avait environs 20 ans, un gamin, mais il savait se débrouiller seul. Ma femme et moi, nous priment la décision de former un commando afin d'aller détruire la base. Nous avions suffisamment de carburant et d'explosif pour détruire leur base de vaisseaux la plus proche. Il leur avait fallu plus de quarante ans pour la créer, celle-ci étant gigantesque, nous pensions que cela allait nous donner du répit. C'est ainsi que moi et ma femme, plus quelques-uns des plus valeureux combattants, nous partîmes après avoir dit au revoir à la résistance, pour aller détruire la base.
Celle-ci était réellement gigantesque. Après 2semaine de marche, nous la vîmes. Elle était énorme. Plusieurs vaisseaux étaient prêts à décoller. Sans doute une attaque était-elle planifiée. Nous devions agir au plus vite. Comme nous savions que les sauriens étaient actif aussi bien de jour que de nuit, nous fonçâmes donc dans la base de jour. Notre objectif était d'atteindre leurs réservoirs de carburant. En traversant la base, nos déguisements ne furent pas très efficaces. Bien vite une troupe de duveteux nous repéra. Ils poussèrent des piaillements qui alertèrent des adultes. Ils étaient grands, très grand, plus grand que les derniers sauriens que j'avais pu voir. Ceux-ci mesuraient environs 2m50 peut être plus. La plupart des sauriens que j'avais vus atteignaient rarement le 2m30.... Nous compriment que les sauriens nous avaient trompés. Ils avaient fait en sorte que nous ne découvrions pas leur espèce suffisamment. Nos armes n'étaient pas efficaces contre ces grands lézards. Ils étaient de plus équipés de cuirasses. Les quelques rares endroits où il n'y avait pas de cuirasse, nous pouvions apercevoir une peau cornue très épaisse. Nous essayaient de fuir mais ils nous rattrapaient. Nos hommes tombaient un à uns. Soudain j’entendis une voix féminine. Ma femme me criait de courir plus vite et de réussir ma mission. J’eus à peine le temps de me retourner qu'il était trop tard pour elle. Une des bêtes l'avait saisi entre ses pattes. Il la saisit fermement et lui brisa la colonne vertébrale. Elle mourut sous mes yeux. De rage, je voulu aller tuer cette ignoble bête mais je ne devais pas m'écarter de ma mission étant le dernier.
C'était la dernière ligne droite. Je voyais enfin le centre d'alimentation. Je m’apprêtais à allumer la bombe. Soudain je vis une troupe de duveteux prêts à m'attaquer. Ni une ni deux, je fonçais dans le tas en provoquant l'explosion prématurée de la bombe. Ma dernière pensée fut pour ma femme. Au fond de moi-même j'espérais que cet acte permettrait à mon fils de connaitre un avenir meilleur.
Fin
Revenir en haut Aller en bas
http://nabu.forumgratuit.be
 
[UY] Invasion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salvatore R.A. - L'invasion des ténèbres - La Légende de Drizzt 9 - Les Royaumes Oubliés
» L'invasion poétique
» Stéphane Horel - La grande invasion
» [JEU] BLASTOSIS INVASION : Shoot [Gratuit/Payant]
» World Invasion : Battle Los Angeles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nabu :: Les écrits :: Fictions :: Science-fiction :: Les textes-
Sauter vers: